Cogetiq

10
Apr

Cogetiq – L’étiquette autrement

Sur le marché de l’étiquette adhésive, Cogetiq existe depuis 20 ans, avec pour mission d’offrir une prestation complète pour faciliter la gestion des étiquettes de ses clients. La société se positionne parmi les 60 premiers en France, pour un CA de près de 7 M€, avec un effectif de 40 personnes. Elle a fait le choix de DALIM SOFTWARE.

Cogetiq_1

Entretien avec Séverine Wolff, présidente de Cogetiq, et Marie-José LEAL, responsable prépresse de Cogetiq, utilisatrice de l’outil DALIM TWIST au quotidien.

Quelles problématiques vous ont amené vers l’outil DALIM TWIST ?

Séverine Wolff : Nous manipulons énormément de références. Spécialisés dans la gestion multi-références de gamme d’étiquettes, nous traitons de plus en plus de produits, avec des renouvellements assez fréquents, que ce soit suite à des problématiques marketing ou de réglementation. Nous avons dû faire face à un accroissement du volume de fichiers à traiter, ce qui nous a amenés à réfléchir à une solution d’automatisation. Jusque-là, tout était traité manuellement. Nous gérons environ 2000 références par mois, soit 2000 lignes de commande/mois. Certains de nos clients peuvent avoir jusqu’à 1500 références d’étiquettes différentes, tous formats confondus.

Quels atouts DALIM SOFTWARE avez-vous retenus ?

S W : Nous voulions automatiser au maximum afin de gagner du temps. Nous souhaitions également sécuriser les fichiers, de manière à ce qu’il y ait des interventions automatiques de corrections dans le fichier, directement, par la normalisation des fichiers. Or, nous ne trouvions pas de réponses adaptées à notre activité. C’est pourquoi, en collaboration avec Max-André Carru, de la société Galilée, notre partenaire informatique, nous avons développé une réponse spécifique utilisant le flux DALIM TWIST, correspondant à un « standard Cogetiq ». Et nous continuons encore à affiner l’outil.

Avez-vous un exemple de réponse spécifique apportée?

Cogetiq_2

S W : L’automatisation de la validation des Bons à Tirer. Nous étions parmi les premiers à offrir à nos clients la possibilité de valider leur Bon à Tirer en ligne, mais nous souhaitions leur offrir un confort optimal et, en termes de différenciation, cette première solution n’allait pas assez loin. Max-André a développé un flux de normalisation du B.A.T avec une mise à disposition sur le site, ce qui a impliqué également d’interfacer DALIM TWIST avec notre plateforme Magento.

Comment est-ce que cela se passe, en pratique ?

M-J L : Le service Prépresse glisse dans le flux un visuel d’étiquette au format PDF, le flux va chercher un fichier xml dans l’ERP puis va fusionner les deux, ce qui va générer un B.A.T automatiquement. Le fichier xml enrichit l’étiquette de toutes les données techniques dont le B.A.T a besoin : les dimensions, le nombre de couleurs, le sens d’enroulement, le nombre d’étiquettes par bobine, etc.) Ensuite ce B.A.T va être glissé dans un autre flux, qui va envoyer automatiquement un mail pour prévenir le client, ce mail contiendra un lien vers le B.A.T en ligne. Le client pourra alors valider le B.A.T, le refuser et demander des modifications ou le déléguer à un interlocuteur.

Comment s’inscrit cette fonctionnalité dans la stratégie de Cogetiq ?

Cogetiq_3

S W : Nous souhaitons apporter une différenciation à nos clients. Notre portail MyCogetiq proposait le B.A.T en ligne dès 2012, puis la normalisation est venue naturellement, puisque nous avions un besoin de gain de productivité. Sur un marché devenu très concurrentiel, il est évident que si nous pouvons gagner du temps et gagner en personnel – puisque c’est ce qui coûte cher – il nous faut des outils informatiques puissants, que ce soit en prépresse ou en outils de gestion automatisée.

Dans notre organisation, le point de départ est notre ERP, puis DALIM TWIST et enfin MyCogetiq.

Faire cohabiter ces trois systèmes et suivre les mises à jour de ces outils stratégiques représente un investissement important mais nécessaire en termes de temps et d’argent.

Pouvez-vous illustrer votre positionnement sur ce facteur de différenciation ? Mis à part le flux de normalisation et le B.A.T en ligne, quels éléments différenciateurs avez-vous mis en place ?

S W : Notre point de départ a été la réactivité de livraison. Sur un marché où les délais étaient relativement longs, pouvant aller jusqu’à 3 ou 4 semaines, nous avons proposé de livrer sous 10 à 15 jours, ce qui s’est encore raccourci par la suite. Mais cette réactivité s’étend au-delà de la livraison, dans le traitement du dossier, l’accompagnement du client… Nous avons beaucoup misé sur le service, par un accompagnement humain le plus personnalisé possible. L’outil DALIM TWIST renforce cet accompagnement personnalisé, par la mise à disposition du B.A.T en ligne, via notre portail web.

Aujourd’hui, nous voyons les limites de cette plateforme, c’est pourquoi nous étudions la possibilité de monter en puissance avec ES.

Quelle valeur ajoutée trouveriez-vous dans ES, sur le plan de l’accompagnement personnalisé ?

M-J L : Ce qui nous intéresse dans ES, comme ajout de service personnalisé client, est la plateforme de suivi à plusieurs collaborateurs autour d’un dossier, d’une gamme, etc. C’est notamment intéressant pour les grands comptes, qui ont beaucoup de références à gérer. La réduction du poids du fichier de B.A.T est également une de nos préoccupations actuelles. Lorsque nos clients souhaitent le télécharger pour l’archiver, le B.A.T actuel peut monter à 15 Mo, ce qui semble-t-il peut être amélioré sans perte de qualité par ES.

Que pensez-vous de la représentation 3D de l’étiquette, en situation sur le produit ?

S W : C’est un axe marketing qui pourrait intéresser nos clients, dès la conception de l’étiquette. Il faut penser l’étiquette comme un élément stratégique, et non comme un « consommable ». Elle accompagne le produit, tout au long de sa production industrielle. L’enjeu est donc de nous positionner auprès du client dès le début de la création d’étiquette, pour être en mesure de lui proposer des solutions en fonction de sa stratégie marketing. La 3D est pour nous une évolution intéressante en termes d’apport de service et de conseil.

Comment proposez-vous actuellement ce service et ce conseil, en amont de la réalisation d’étiquette ?

S W : D’abord par notre équipe commerciale, très présente sur le terrain. Ensuite, le client qui nous appelle trouvera toujours un interlocuteur adapté, il sera aiguillé selon l’étape de fabrication. Nous avons souhaité conserver, malgré notre croissance, l’agilité et la polyvalence que nous avions à nos débuts, pour que le client s’y retrouve. Nous voulons à tout prix lui éviter la relation froide d’un groupe : « Pour obtenir tel service, tapez 1… », où on n’est jamais au bon endroit. Nous préférons privilégier le lien humain… et bien sûr le professionnalisme.

Avez-vous mesuré des gains de productivité depuis la mise en service de DALIM TWIST ?

S W : Oui, nous avons gagné en productivité. Nous avons eu une forte croissance ces dernières années, et DALIM TWIST nous a permis d’accompagner cette croissance en limitant les embauches, sachant que nous parlons ici de tâches sans valeur ajoutée, ni pour les opérateurs ni pour l’entreprise. DALIM TWIST permet aux opérateurs prépresse de se recentrer sur l’essentiel de leur métier, comme la retouche ou les corrections client. Vous savez, historiquement, chez les imprimeurs, le service prépresse a du mal à se vendre, alors que ce temps passé est très important. Le client ne veut souvent voir que le prix de l’étiquette imprimée.

Propos recueillis par Didier Destabeaux